jeudi, décembre 25, 2008

Essai non transformé sur le hip-hop, les clichés et la poésie

Aujourd'hui, quand j'écoute un morceau de hip-hop ça me fait du bien.




Je me dis que s'il y a bien une chose à laquelle je peux me raccrocher, c'est cette musique là. Je me demande souvent pourquoi elle me touche. En apparence, pas grand chose à voir avec ma vie de tous les jours :
"How you get west coast n*gga, from west coast hater?"

Elle est difficile à cerner cette alchimie génératrice de frissons. C'est qu'en ce moment, quand quelqu'un me dit qu'il n'aime pas l'écouter, j'ai vraiment du mal à accrocher avec la personne. C'est comme si c'était nécessaire à une bonne entente... pourtant je fais des efforts, j'essaye de rester ouvert aux autres types de musique. Bien sûr, si à la maison il y a en moyenne 80% de hip-hop qui passe entre les mains de Monsieur Winamp, il m'arrive d'en avoir marre. C'est vrai, à la fin, des gens qui parlent dans une langue qu'on comprend pas ça peut devenir vite fatiguant. Une américaine a dit "si tu comprenais les paroles, tu n'écouterais pas la moitié de tes sons"
Je pense que la magie se situe au delà du sens. Comme pour la poésie écrite, des tas de gens se laissent arrêter par la barrière du sens : "On comprend rien à ce qu'il dit".
Le rap est par définition un chant versifié, pas si loin de la poésie comme la concevait Apollinaire par exemple, retranscrivant atmosphères, sensations et émotions du front sur papier. Lorsqu'on lit un poème, comme quand on écoute un morceau, on devrait en théorie ouvrir nos sens pour aller au delà du simple signifié pour tenter d'absorber ce que dégage la versification alliée aux mots, le beat couplé aux lyrics. C'est ainsi que je conçois la musique hip-hop, et lorsque j'entends quelqu'un qui me dit y être allergique cela m'attriste presque autant qu'un élève qui dit à son prof "monsieur on comprend rien à ce qu'il veut dire le poète". Je crois que la richesse du rap américain tient, en partie, à son hermétisme de premier abord. Nous sommes obligés de nous déconnecter du sens pour nous laisser bercer par le flow, l'instru, les samples...
Je conçois qu'on ne puisse aimer le rap, mais ne me dites pas qu'il est réduit à Bitches Bling-Bling... pour moi ça serait comme résumer la poésie au seul Romantisme.


En guise de conclusion, voici un poème d'Apollinaire que j'aime beaucoup du recueil Alcools


Mon verre est plein d'un vin trembleur comme une flamme
Écoutez la chanson lente d'un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds

Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n'entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l'or des nuits tombe en tremblant s'y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l'été

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire

Guillaume Apollinaire, Alcools

2 Comments:

Blogger William said...

c'est vrai que dans certaines musiques il faut vraiment entrer dedans pour l'apprécier. ça m'a fait un peu ça avec kid koala qui me parlait pas du tout à l'internat, et puis maintenant c'est des gros frissons sur basin street blue, alors que flore peut pas l'entendre ^^

en tout cas ton lyrisme est communicatif :)

11:51 PM  
Anonymous Manon said...

Mouaah...Joliment exprimé en tout cas Eloïii


j'suis d'ac, mais tu oublie aussi que la plupart de ceux qui disent être "allergiques" au hip hop ne savent même pas de quoi ils parlent. Ils ont en general entendu quelque chose qu'ils appellent du rap, et décrété que c'est de la merde.
Je l'ai fait dans mon âge tendre... Je regrette.
Après, quand on cherche à connaitre, finalement on découvre non seulement que oui, c'est bien de la musique, qu'on peut ressentir des émotions, mais qu'en plus c'est pas du tout ce qu'on croyait...
Finalement c'est toujours la même erreur: croire que si la première écoute n'est pas apréciée, ça ne le sera jamais.

Bisou,à demain

11:39 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home